Patrimoine culturel

Sanctuaire de Notre Dame de La Salette

Sanctuaire de Notre Dame de La Salette

Lieu du second grand pèlerinage en France après Lourdes, cette basilique reste un monument marquant de l'architecture religieuse en Isère. Au-delà des rassemblements du 15 Août et du 19 Septembre, le site, perché à plus de 1800 mètres, mérite le détour.

La Basilique de Notre-Dame de la Salette est une grande église de plan basilical, composée de cinq nefs terminées par une abside ou des absidioles. Ouvrant par une façade néo-romane encadrée par deux grandes tours-porche abritant des cloches au sommet, l'église est constituée de volumes intérieurs très élancés. Ses voûtes d'arête retombent sur de très hautes et fines colonnes, reposant sur de hauts piédestaux. Les fenêtres hautes étant aveugles, l'éclairage ne provient que des fenêtres des premiers bas-côtés. Le chevet de l'église se compose de deux absidioles de part et d'autre d'un chœur avec travée droite et abside en cul-de-four, orné de peintures murales. Sur le cul-de-four, un Christ en gloire est précédé (travée droite) d'une représentation des symboles du tétramorphe, œuvre de l'artiste Arcabas. Du même artiste, on peut contempler dans les bas-côtés extérieurs, un "Christ aux noces de Cana" et une "Déploration de Marie à la Croix". On peut aussi y admirer des vitraux de grande qualité comme le Cycle du Rosaire (abside du chœur), conçu dès 1857 par l'architecte et décorateur parisien Adrien-Louis Lusson (1788 - 1864), le cycle de la Passion du Christ par l'atelier Thibaud de Clermont - Ferrand, conçu en 1864 (nef) et de nombreuses verrières des ateliers grenoblois Bernard et Bessac (1895 - 1897).
Plus tardivement, les parties orientales de l'édifice ont été accolées par des bâtiments administratifs et d'accueil (dont un musée privé) avec lesquels des communications ont été percées. En extension du bâtiment administratif principal, reliée au grand couloir desservant accueil, réfectoire et salons d’attente, la chapelle de la Rencontre (1995) mérite un détour. Elle est l'œuvre de l'architecte René Maison, ayant aussi construit la nouvelle église de la Salle-en-Beaumont. Fondée sur des piliers de béton, elle présente une forme polygonale, ouverte sur l'extérieur par deux larges pans vitrés, focalisée sur une estrade en arc de cercle. Les vitraux sont réalisés par Arcabas.
A l'avant de la Basilique, dans le cimetière des Pères se trouve la première chapelle (reconstruite, puis déplacée). Ce petit édicule carré de trois mètres de côté, est bâti en pierre de taille calcaire de deux couleurs différentes (marbré et gris-bleu :calcaire de Laffrey ?). Il est ouvert sur trois côtés par des baies à l'encadrement très architecturé. La chapelle abrite un statue grandeur nature de la Vierge qui occupe entièrement le petit espace intérieur.

Informations complémentaires

A noter

En 2015, le restaurant et l'hostellerie vous accueillent du 21 mars au 11 novembre.

Histoire, culture et patrimoine

Historique :
Le 19 septembre 1846, dans les alpages au dessus du village de La Salette, deux enfants bergers, Maximin Giraud et Mélanie Calvat, disent avoir rencontré une "Belle Dame" en pleurs, toute de lumière. Elle leur confie un message de conversion, pour "tout son peuple". Après 5 ans d’enquête, l’évêque de Grenoble reconnaît officiellement l'authenticité de l’apparition. S'inscrivant dans le formidable renouveau de la pratique religieuse du XIXe siècle, cette apparition, comme celles de Lourdes (1858) et de Pontmain (1871), participera au développement de la ferveur populaire pour le culte marial. Le pèlerinage de La Salette, fortement encadré par l'Église, conserve, malgré le recul de la pratique catholique en France, la dimension internationale qu'il acquît dès son origine.
La première chapelle, attestée en 1852, avant même la construction de la basilique fut probablement conçue par l’architecte Alfred Berruyer (1819-1901) sur les lieux mêmes de l'apparition. Premier édifice en dur construit sur la montagne, cette chapelle est réédifiée en 1865 à l’emplacement actuel, dans le cimetière du Pèlerinage. En 1852, l’évêque Philibert de Bruillard commande à Alfred Berruyer (nommé architecte diocésain en 1853), une grande église de style néo-roman. Sans modèle médiéval local, Berruyer va se distinguer des constructions néo-gothiques en vogue à cette époque, en adoptant un profil (nef, voûte en berceau, fenêtres hautes) semblant puiser aux édifices romans sur la route du pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle, comme Sainte-Foy de Conques. Mais l’ornementation des chapiteaux et des arcatures sous les corniches rappelle plutôt le Moyen-Age roman lombard. En 1854, le chœur est achevé. En 1857 le projet est modifié et en 1865, la façade, flanquée de deux tours en pavillon, est établie. Initialement composée de trois nefs, la basilique est élargie de deux bas-côtés supplémentaires par Ferdinand Bugey en 1897. Le site de la montagne et de la Basilique ont été Inscrits comme Site Monument Historique en 1945.

La protection est une Inscription au titre des Sites (et non des Monuments Historiques)

Informations pratiques

Sanctuaire de Notre Dame de La Salette

Ouvertures

Toute l'année, tous les jours.

Tarifs

Accès libre.

Carte bancaire/créditChèque Vacances
Vue de l'ensemble du Sanctuaire de la SaletteN-D de la SaletteN-D de la SaletteBasilique de La Salette
Information mise à jour le 08/06/2021 par Direction de la Culture et du Patrimoine de l'Isère

Votre itinéraire

Sanctuaire de Notre Dame de La Salette

38970 La Salette-Fallavaux
France

Itinéraire avec Google Map