Musée

Musée Dauphinois

Musée Dauphinois depuis la montée Chalemont - Grenoble

Installé dans un couvent du XVIIe siècle, ce musée alpin présente des expositions variées autour du patrimoine régional, d'hier à aujourd'hui, dont Gens de l'alpe, présentation de la vie rurale en montagne au XIXe siècle.

Suite au réaménagement des salles du musée, l'exposition permanente "La Grande histoire du ski" est fermée à partir du 4 décembre 2017
La nouvelle exposition sera inaugurée le 23 mars 2018.

Créé en 1906 à l’initiative d’Hippolyte Müller, son premier conservateur, afin de «relier les premiers occupants d’un pays à ceux qui l’habitent encore», le Musée dauphinois est installé dans l’ancien couvent de Sainte-Marie-d’en-Haut.

Classé Monument historique, cet ensemble a été fondé au début du XVIIe siècle par saint François de Sales et sainte Jeanne de Chantal.

Après une histoire mouvementée, qui l’a vu successivement servir de prison, de pensionnat religieux, de caserne, puis de logement, le bâtiment a été restauré à la faveur des jeux olympiques de Grenoble en 1968.
Le Musée dauphinois y est inauguré à la même date par André Malraux.

Véritable musée régional de l’homme, le Musée dauphinois s’intéresse à tous les domaines et à toutes les disciplines du patrimoine de l’ancienne province du Dauphiné et, plus largement, des Alpes françaises : archéologie préhistorique et historique, histoire, ethnologie, patrimoine industriel, arts décoratifs régionaux.

A l’exception de Gens de l'Alpe, présentation de la vie rurale en montagne au XIXe siècle et de La Grande histoire du ski, le Musée dauphinois ne présente pas d’exposition permanente, mais de nombreuses expositions temporaires d’une durée de six à douze mois environ, portant sur le patrimoine régional, le Dauphiné, les Alpes, mais aussi sur des cultures étrangères à la région.

Musée de société, le Musée dauphinois considère que le patrimoine ne vaut que parce qu’il permet d’ouvrir aux questions de notre temps, et d’éclairer les mouvements de la société contemporaine, et d’exprimer la richesse et la diversité des cultures, dans le temps comme dans l’espace.

Informations complémentaires

Complément d'accueil :
8 wc sur le site dont 1 pour personne à mobilité réduite-1 emplacement mobilité réduite pour véhicule devant la grille du musée-Tenue correcte obligatoire - Groupes d'enfants mini 10 / maxi 30.

Tourisme adapté :
Accessible en fauteuil roulant avec aide

Type de clientèle :
Spécial adolescents, Spécial famille avec enfants, Accueil groupes, Accueil de groupes scolaires, Cycle 1 : école maternelle (PS, MS, GS), Cycle 2 : école élémentaire (CP, CE1, CE2), Cycle 4 : collège (5ème , 4ème , 3ème), Enseignement supérieur

Animaux non acceptés

Informations pratiques

Musée Dauphinois

Réservations

Services

Gratuit

Ouvertures

Toute l'année. Tous les jours
Ouverture le lundi, mardi, mercredi, jeudi et vendredi de 10h à 18h. Le samedi et dimanche de 10h à 19h.
Fermé le mardi.
Fermetures exceptionnelles les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

Tarifs

Gratuit.

Carte bancaire/crédit
Musée dauphinoisMusée dauphinoisMusée dauphinoisMusée dauphinois
Information mise à jour le 09/07/2019 par Direction de la Culture et du Patrimoine de l'Isère

Votre itinéraire

Musée Dauphinois

30 rue Maurice-Gignoux
38031 Grenoble
France

Itinéraire avec Google Map

Passerelle Saint Laurent

Patrimoine culturel

Passerelle Saint Laurent

Passerelle emblématique de la ville, elle fut Construite en 1837 et modernisée en 1909, elle occupe l'emplacement du 1er pont de la ville (fin 11e s). Ce point de passage essentiel pour les habitants fut fréquemment détruit par les crues de l'Isère.

Chapelle Sainte-Marie d'en haut

Chapelle

Chapelle Sainte-Marie d'en Haut

La chapelle de Sainte-Marie d'en Haut présente des décors riches et prestigieux, témoignage de respect et de beauté pour le service divin.

Chapelle Sainte-Marie d'en Bas

Chapelle

Chapelle Sainte-Marie d'en Bas

La chapelle fut construite à l'initiative de Mère Chantal qui souhaitait fonder un second couvent à Grenoble, dans la ville. L''accès au couvent de Sainte-Marie d'en Haut était jugé peu commode.