Patrimoine culturel

Saint-Chef, cité abbatiale

Portail Gothique de l'glise abbatiale de Saint-Chef

L'histoire du village de Saint-Chef est directement liée à celle de son abbaye bénédictine, classée Monument Historique dès 1840 pour son église romane parmi les plus anciennes du Dauphiné et sa chapelle des Anges, recouverte de fresques du XIIe siècle.

L'abbaye de Saint-Chef, par son rayonnement durant douze siècles a profondément marqué le paysage local. L'histoire débute dans le hameau d'Arcisse au début du sixième siècle, où le jeune Theudère, natif du lieu, décide de tout quitter pour rejoindre l'abbaye de Lérins.

Ordonné en Arles, il revient dans son "pays" pour y implanter quatre monastères, dont celui du Val Rupéen, à l'emplacement probable de l'église actuelle. Détruite par des raids barbares, elle est relevée en 890 par des moines bénédictins venus de Champagne et connaît dès lors un essor remarquable.

A tel point qu'au onzième siècle l'église est aggrandie et surtout décorée au tout début du douzième siècle par des fresques romanes, illustrant la fin de l'Apocalypse de Saint Jean lorsqu'il évoque la Jérusalem Céleste, la cité de la fin de tous les temps.L'abbaye étend alors son patronage sur une douzaine de prieurés et une centaine de paroisses alentour.

Devenue chapitre noble en 1536 et n'abritant plus que vingt-huit chanoines, ceux-ci décident de quitter les lieux en 1774 pour s'unir à l'abbaye de Saint-André-le-Bas à Vienne.

Délaissée, puis abîmée à la Révolution française, l'église verra son sauvetage des affres du temps et des hommes grâce à Prosper Mérimée qui la classe au premier inventaire des Monuments Historiques en 1840. Dès lors, l'église sera assainie en évacuant les quatre mètres de terre qui avaient glissé sur ses flancs Nord et Est, et les fresques romanes protégées.

Informations complémentaires

Animaux acceptés

Histoire, culture et patrimoine

Un circuit de découverte existe : 25 plaques réparties dans la cité pour découvrir tous les points d'intérêts de Saint-Chef !
Livret en vente au Bureau d'Information Touristique de Saint-Chef (1,50€).

Informations pratiques

Office de Tourisme Intercommunal des Balcons du Dauphiné

Ouvertures

Toute l'année, tous les jours.

Tarifs

Accès libre. Si vous souhaitez visiter l'église abbatiale :

- l'accès à la partie basse de l'église est libre (ouverture d'avril à septembre du mardi au samedi de 9h à 18h, le dimanche de 14h à 18h).
- dans un soucis de sécurité et de conservation, la chapelle haute et ses célèbres fresques romanes sont uniquement accessibles en visite guidée et sur réservation : tous les dimanches à 15h d'avril à septembre. Pour les groupes, des visites sont possibles toute l'année (sur réservation également). Renseignements et réservations auprès du Bureau d'Information Touristique de Saint-Chef.

Téléchargements

Portail Gothique de l'glise abbatiale de Saint-Chef
Information mise à jour le 13/08/2021 par Office du Tourisme Les Balcons du Dauphiné

Votre itinéraire

Saint-Chef, cité abbatiale

38890 Saint-Chef
France

Itinéraire avec Google Map

Vue Est

Patrimoine culturel

Château Teyssier de Savy

Château dauphinois entièrement classé ISMH - Site Historique datant du XIIIème siècle. Le château Teyssier de Savy s’inscrit dans un cadre champêtre de 7 hectares où le soleil joue avec l’ombre des tilleuls centenaires.

Faade de l'glise abbatiale de Saint-Chef

Patrimoine culturel

Église abbatiale de Saint-Chef

Classée Monument Historique dès 1840, l'église abbatiale de Saint-Chef est une oeuvre de référence en France en terme d'art roman : architecture typique du Xème siècle, fresques romano-byzantine à la conservation exceptionnelle, décors médiévaux.

Jardin mdival de Saint-Chef

Patrimoine culturel

Jardin médiéval

Plantes aromatiques, roses odorantes, légumes oubliés et arbres riches en symboles chrétiens se partagent les quatre carrés du jardin médiéval.

Maison du Patrimoine de Saint-Chef

Musée

Musée de Saint-Chef

Situé dans une maison du XVIe siècle, il retrace près de 15 siècles d’histoire à Saint-Chef : les origines de l’abbaye, l’interprétation des fresques romanes de l’église, les traditions locales et les enfants du pays (Louis Seigner et Frédéric Dard)