Patrimoine culturel

Parc Thermal d'Allevard

Parc Thermal d'Allevard

Agréable jardin arboré "à l'anglaise" le parc est entouré d'édifices retraçant l'évolution de l'architecture thermale (du bâtiment Niepce aux bâtiments Chardon, et Villiot), ainsi que de l'ancien casino et de l'ancien hôtel "Le Splendide".

La source d’Allevard est reconnue pour ses vertus thérapeutiques depuis 1836. Un premier établissement de "cabanes" s'y implante cette année-là, bientôt remplacé, en 1838, par l'établissement des thermes "Rocour". En 1858, la source est déclarée d’utilité publique par décret impérial. Bientôt, l'espace du parc devient entièrement clos et s'entoure, outre de l'établissement thermal, d'une quinzaine de villas et de 5 ou 6 grands hôtels
« dans le parc » se différenciant de ceux « près du parc ». Parmi les illustres personnalités ayant fréquenté les thermes, on compte Stendhal, Hippolyte Flandrin, le Duc D’Aumale, Nadar, Frédéric Ozanam, les Frères Lumière ou encore Alphonse Daudet qui décrit en 1879 un parc "à l'anglaise, encore en bas-âge". L'établissement est longtemps supervisé par le docteur Bernard Niepce, inspecteur des Eaux et lointain cousin de l'inventeur de la photographie. En 1882, la Compagnie Générale des Eaux minérales et Bains de Mer rachète les établissements à la famille Bouvret-Rocour. Les établissements thermaux sont complètement reconstruits pour faire place à l'actuel bâtiment Niepce en 1894, construit par l'architecte Adrien-Henry Jory fils, qui avec son père, va jouer un rôle essentiel dans l’apparition et la diffusion du modèle de l’architecture balnéaire néo-normande (vers 1880). Le Grand Hôtel « le Splendide» est édifié sur le côté sud du parc entre 1908 et 1915 par l'architecte Masson et met à l'honneur la fonte et les éléments de charpente métallique. Une ancienne salle de concerts est transformé en casino en 1909, mais une reconstruction du bâtiment intervient en 1925 sur les plans de l'architecte Guénard, dans un style "art Déco". Le kiosque à musique est aussi édifié dans le parc. Un nouveau bâtiment thermal voit le jour entre 1958 et 1960 sur le côté ouest du parc, œuvre de l’architecte Jocteur – Montrozier sous l'influence et la surveillance d'Albert Laprade dont le Palais de la Porte Dorée à Paris (1931) constitue un évident modèle. Appelé le Bâtiment « Chardon », il manifeste un style "international" très cohérent. Dernier construit, le Bâtiment « Villiot », dédié à la rhumatologie, est bâti en 1991 sur les plans de l’architecte chambérien Marcel Roche pour s'intégrer discrètement à l'ensemble tout en s'articulant avec le "Splendide". C'est essentiellement dans ce bâtiment que se déroule encore aujourd'hui à Allevard l’activité thermale, reprise en gestion par la commune.

Informations complémentaires

Informations pratiques

Parc Thermal d'Allevard

Réservations

Services

Gratuit

Ouvertures

Toute l'année : ouvert tous les jours (Accès libre).

Tarifs

Gratuit

Information mise à jour le 26/03/2015 par Isère Tourisme

Votre itinéraire

Parc Thermal d'Allevard

8 rue Bernard Niepce
38580 Allevard-les-Bains
France

Itinéraire avec Google Map

Parc Thermal d'Allevard

Loisirs

Thermes d'Allevard

Les Thermes d’Allevard, situés entre Grenoble et Chambéry au sein d’un parc enchanteur, s’offre en retraite positive pour prendre en charge ses douleurs.

Vallee du Gresivaudan

Itinéraires cyclotourisme

Par dessus le Grésivaudan

On dit que Louis XII avait surnommé la vallée du Grésivaudan le plus « beau jardin de France ». Cimes alpines, plaines verdoyantes, falaises calcaires vertigineuses, riche passé industriel sont les atouts de cette immense vallée glaciaire.