Musée

Le Couvent Sainte-Cécile

Couvent Sainte-Cécile

À la recherche d’un site où regrouper les activités grenobloises de sa maison d’édition, Jacques Glénat, grand amateur de patrimoine et collectionneur d'art, a, en 2004, un coup de foudre visionnaire.

Alliant la magie authentique de ce couvent silencieux depuis la Révolution française, occupé par l'armée, réhabilité en divers lieux de divertissement public, et l'amour de la création littéraire, le directeur des éditions Glénat a maintenant installé sa fondation entre ces murs. Le cœur de la chapelle du couvent Sainte-Cécile conserve les échos des grandes étapes de l’histoire de Grenoble depuis le XVIIe siècle.

Dauphinois d’origine et de cœur, Jacques Glénat, président des Editions Glénat, a toujours mis un point d’honneur à conserver à Grenoble le siège social de l’entreprise qu’il a créé en 1969. C’est ainsi que le couvent Sainte-Cécile, siège social des éditions Glénat depuis 2009, est aujourd’hui dépositaire des collections d’œuvres d’art (peinture, sculpture, mobilier, photographie, dessins et planches de bande dessinée…) et les présente régulièrement au public dans le cadre d’expositions temporaires.

Occupé par l'Armée depuis le début de la Révolution jusqu'en 2002, les bâtiments du couvent avaient connu d'importants remaniements.
Après avoir accueilli les services d'architecture de la ville en 1921, l'ancienne chapelle était devenue une salle de cinéma, puis au début des années 70 un lieu de formation et de création, le théâtre du Rio.
Un étage avait alors été créé à l'intérieur, coupant l'ancienne chapelle en deux niveaux.
L'ancien chœur des nonnes avait même été transformé un temps en bar dancing après la seconde guerre mondiale.
Jacques Glénat, fondateur et directeur des éditions Glénat, a souhaité une restauration et une valorisation exemplaire de cet ancien patrimoine religieux. Grâce à l'enquête archéologique réalisée par la direction de la culture et du patrimoine du conseil général de l'Isère et au remarquable travail des architectes Jacques Scritori et Patrick Charra, l'ancien couvent des Bernardines a connu une véritable résurrection.
Fondé le 22 novembre 1624, jour de la Sainte Cécile, par les sœurs bernardines Thérèse de Buissonrond et Louise Borel de Ponsonnas, qui en furent respectivement les deux premières mères supérieures, le couvent avait été construit au cours de la première moitié du XVIIème siècle. Les Bernardines étaient des cisterciennes réformées qui avaient choisi de revenir à l'exercice de la règle d'origine, très stricte. Elles avaient tiré leur nom du grand réformateur Bernard de Clairvaux dont la spiritualité était fortement marquée par la pénitence. Le couvent de Grenoble comptait 14 bernardines lorsqu'il fut supprimé en 1792.
Depuis sa restauration, l'ancien couvent a retrouvé ses espaces et sa configuration d'origine. Le vestibule menant au parloir avec ses grilles anciennes, la niche abritant autrefois un tour de charité sont à nouveau visibles.
Les parties hautes du portail de pierre, sur la rue, ont été reconstituées sur le modèle ancien.
Ce portail donne à nouveau accès, comme autrefois, à la chapelle par une avant-cour à ciel ouvert.
La chapelle a retrouvé son beau portail d'entrée avec niche, fronton, entablement et pots à feux ainsi que l'oculus qui le surmonte. Une copie de porte ancienne à deux vantaux et imposte sculptée en noyer massif a été réalisée par une entreprise spécialisée.
L'intérieur de la chapelle a été restauré dans ses volumes d'origine. A l'emplacement de l'ancien retable, s'élève une bibliothèque moderne sur plusieurs niveaux abritant l'intégralité des ouvrages (20000 volumes environ) édités par Glénat depuis sa fondation.
Sept lustres en forme d'auréoles éclairent l'ancienne nef qui accueillera régulièrement des expositions, conférences ou séminaires. C'est dans la chapelle, d'accès libre pendant la semaine, que se trouve l'espace public d'accueil des Editions Glénat. L'ancien chœur des Bernardines, perpendiculaire à la chapelle, est aujourd'hui devenu la salle d'un restaurant.
D'autres parties de l'ancien couvent, telles le remarquable escalier d'honneur à quatre noyaux et à rampes en fer forgé ainsi que le cloître avec sa fontaine et ses jardins illustrant les quatre saisons, ne sont accessibles que lors de visites guidées.

Informations complémentaires

Tourisme adapté :
Accessible en fauteuil roulant avec aide

Animaux non acceptés

Bons plans !

Ce site fait partie de l'offre Grenoble Pass proposée par l'Office de Tourisme Grenoble-Alpes Métropole. Pour l'achat d'un pass 1, 2 ou 3 jours entrez gratuitement dans plus de 20 sites et bénéficiez de réductions dans plus de 30 sites et boutiques. Toutes les infos sur www.grenoblepass.com

Informations pratiques

Le Couvent Sainte-Cécile

Réservations

Services

Gratuit

Ouvertures

Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 12h30 et de 13h30 à 18h.
En période d'exposition, horaires variables.

Tarifs

La chapelle du couvent Sainte-Cécile est ouverte gratuitement au public.

Visites guidées chaque premier vendredi du mois de 18h à 19h
Tarifs :
Adulte : 8 €.
Tarif réduit : 6 €
Possibilité d'organiser des visites pour des groupes constitués.
Se renseigner auprès de l'office de Tourisme de Grenoble,
tél : +33 (0)4 76 42 41 41.

Carte bancaire/créditChèqueEspèces
Couvent Sainte-CécileCouvent Sainte-CécileCouvent Sainte-CécileCouvent Sainte-Cécile
Information mise à jour le 07/08/2018 par Office de Tourisme de Grenoble-Alpes Métropole

Votre itinéraire

Le Couvent Sainte-Cécile

37 Rue Servan
38000 Grenoble
France

Itinéraire avec Google Map

Eglise Saint-Jean

Eglise

Eglise Saint Jean

Édifiée en bordure du boulevard Joseph Vallier, Saint Jean est certainement, par son originale forme circulaire juchée sur pilotis, l'église nouvelle de Grenoble la plus marquante.

Eglise Saint-Bruno

Eglise

Eglise Saint Bruno

Ce fut la première église construite à l'ouest de la ville dans les nouveaux quartiers populaires et ouvriers. Consacrée à Saint Bruno, fondateur du premier couvent de la Grande Chartreuse en 1084, elle est ouverte au culte en 1879.

Basilique du Sacré Coeur

Basilique

Basilique du Sacré Coeur

La Basilique du Sacré-cœur, récemment rénovée, offre un lieu ressourçant pour les visiteurs, à deux pas de la gare. L'artiste Arcabas y a créé de magnifiques vitraux de 6,50m de haut pour le plus grand plaisir des yeux !