A voir à faire

Osez le trail !

En Isère, des aménagements pensés pour la pratique du trail vous attendent pour vos premières foulées. En tout ce sont 9000 km de sentiers balisés et labélisés sur lesquels vous pouvez évoluer.

Quelques conseils sur l’équipement

Des chaussures conçues pour la pratique du trail sont préférables, munie d'une semelle accrocheuse équipées de crampons. N’hésitez pas à prendre ½ pointure en plus de votre pointure habituelle.

L'habillement est à adapter en fonction de la météo, de la durée et de l’altitude de la sortie. Des vêtements en fibre synthétique ou naturelle ont l'avantage de sécher rapidement et d'être léger (bannissez le coton).

Pour le bas, un short large, un cuissard ou encore un corsaire, le tout muni de petites poches, font très bien l'affaire. En cas de sortie longue, un tee-shirt à manche longue ou une micropolaire et un coupe-vent léger pourront compléter la panoplie.

Pour se protéger du soleil, une casquette ou un bandana, des lunettes de soleil, un petit tube de crème solaire. Une petite pharmacie, une couverture de survie, un extrait de carte et, pourquoi pas, une petite frontale voire un sifflet peuvent servir.

Le tout à glisser dans un sac à dos d’une contenance comprise entre 10 et 15 l et accueillant une poche à eau.

De plus en plus de trailers utilisent des bâtons, surtout utiles en montée pour se pousser dessus. En descente, il est préférable de les tenir à la main ou de les glisser dans le sac si le modèle est pliant.

Côté alimentation, les barres, gels et fruits secs peuvent suffire. Mais un petit casse-croûte peut compléter le tout pour les sorties plus longues. Si vous passez à proximité d’un refuge ouvert, vous trouverez de quoi vous ravitailler. Prévoir suffisamment d’eau mais sans excès – repérer avant de partir les sources d’eau possibles. Si vous ajoutez un produit énergétique à votre boisson, dosez le à 1/4 ou 1/3 de ce qui est annoncé par le fabricant.

Petit à petit

Si vous débutez dans le trail, choisissez vos parcours de façon progressive tant dans le kilométrage que dans le dénivelé. Ne cherchez pas à tout prix à courir mais préférez maintenir un rythme à pied élevé. Dans les montées, raccourcissez votre foulée ou marchez. Enfin en descente, adoptez une foulée souple et détendue. Cuisses relâchées, genoux fléchis ; le haut du corps penché vers l’avant, essayez d’anticiper là où vous allez poser vos pieds. Sur les terrains glissant et rocailleux, mieux vaut marcher si votre technique est encore peu assurée.

Quelques consignes

Consulter la météo et prévenez votre entourage de votre itinéraire.

Ralentissez votre allure quand vous croisez ou doublez des randonneurs.

Pour ne pas effrayer les troupeaux  :

  • Passez lentement et parlez avec une voix grave en disant « Ola, Ola, je passe ».
  • Aux moindres signes de panique, arrêtez-vous et continuez de parler
  • Evitez tout geste brusque
  • Privilégiez toujours des mouvements doux et lents
  • Tenez compte de la présence éventuelle des chiens de protection (patous)