Itinéraires cyclotourisme

Le pays de San-Antonio à vélo

Muse du Tisserand-La Batie-Montgascon_VDD Expansion.JPG

Entre le village de Saint-Chef, où a vécu l’écrivain Frédéric Dard, et La Tour-du-Pin, remarquable par son église et son circuit d’art contemporain, les routes déploient leurs pentes douces, avec parfois une vue sur le mont Blanc.

Sur les traces de San Antonio: Frédéric Dard, auteur des aventures du célèbre commissaire San-Antonio, est né à Jallieu (aujourd’hui Bourgoin-Jallieu) en 1921. Selon ses dernières volontés, il a été enterré dans le cimetière de Saint-Chef, où il avait passé une partie de son enfance et où il aimait se ressourcer. Le musée de Saint-Chef est en partie consacré à son oeuvre. La visite du village et de son abbaye complète celle du musée.

L’église abbatiale de Saint-Chef: référence en matière de patrimoine religieux français, ses fresques romanes du XIIe siècle sont parmi les plus riches, les mieux conservées, et peut-être les moins connues du grand public. Les décors recouvrent l’intégralité de la pièce (près de 100 m2), du sol recouvert de mosaïques or et bleu, à la voûte.

Le musée du Tisserand dauphinois: situé à La Bâtie-Montgascon, ce musée évoque l’histoire du tissage au XIXe siècle. Dans une ancienne usine de tissage réhabilitée, il présente, sur 700 m2 d’exposition, des métiers à bras et mécaniques en parfait état de marche.

L’église de La Tour-du-Pin: cet édifice se distingue par ses deux triptyques, dont l’un du XVIe siècle représentant la crucifixion. Cette oeuvre de la Renaissance, classée monument historique, fut longtemps attribuée à un élève de Dürer. Et l’autre contemporain, du peintre Arcabas, « Visite des mages d’Orient », qui évoque l’adoration des mages. Et dans le même périmètre géographique, un circuit appelé Ronde d’un art du monde constitue un circuit d’art contemporain sur les communes de Faverges-de-la-Tour, Rochetoirin, Saint-Jean-de-Soudain et La Tour-du-Pin.

Informations complémentaires

Type de clientèle :
Niveau bleu - Facile

Complément d'accueil :
Boucle

Distance :
28 km

Dénivellation positive :
256 m

Cotation :
Niveau bleu - Facile

Bons plans !

Les vins des balmes dauphinoises: issus d’une longue tradition, les vins des Balmes dauphinoises surprennent les amateurs de vins. Jusqu‘au milieu du XVIIIe siècle, l’Isère avait un vignoble très étendu, notamment dans le nord du département. Autour de Saint-Chef, les coteaux ensoleillés font perdurer cette tradition, et accueillent des vignobles servant à élaborer les vins des Balmes dauphinoises. Parmi les viticulteurs locaux, on peut citer Noël Martin, propriétaire d’un vignoble trentenaire de différents cépages (chardonnay, pinot noir, gamay…), qui utilise des méthodes traditionnelles de vinification.
Nicolas Gonin, quant à lui, a choisi de planter uniquement des cépages locaux (altesse, mondeuse, persan…), « pour obtenir des vins ayant davantage de complexité et de potentiel de garde ». Il souhaite également redonner vie à des cépages anciens, et a obtenu sa labellisation bio en 2012.
- Domaine Noël Martin, Mont de Trieux, 38890 Saint-Chef. Tél. 04 74 92 52 64.
http://domainenoelmartin.fr
- Domaine Nicolas Gonin, 945, route des Vignes - 38890 Saint-Chef. Tél. 06 10 39 25 15.
www.vins-nicolas-gonin.com

Informations pratiques

Le pays de San-Antonio à vélo

Réservations

Services

Gratuit

Ouvertures

Du 01/07 au 31/10.

Sous réserve de conditions météo favorables.

Tarifs

Gratuit

Téléchargements

Muse du Tisserand-La Batie-Montgascon_VDD Expansion.JPG
Information mise à jour le 10/10/2017 par Isère Tourisme

Votre itinéraire

Le pays de San-Antonio à vélo

38110 Dolomieu
France

Itinéraire avec Google Map

Maison du Patrimoine de Saint-Chef

Musée

Musée de Saint-Chef

Situé dans une maison du XVIe siècle, il retrace près de 15 siècles d’histoire à Saint-Chef : les origines de l’abbaye, l’interprétation des fresques romanes de l’église, les traditions locales et les enfants du pays (Louis Seigner et Frédéric Dard)

Musée du Tisserand Dauphinois

Musée

Musée du Tisserand Dauphinois

Après les révoltes de Canuts, La Bâtie-Montgascon devient un déversoir des soieries lyonnaises. Le village, alors surnommé la Croix-Rousse du Bas-Dauphiné, va vivre au rythme des métiers à tisser pendant plus d’un siècle.