Idées du moment

Je monde, tu mondes, nous mondons…

[verbe transitif : Débarrasser quelque chose (céréale, fruit) de son enveloppe.] Si le verbe « monder » se conjugue à toutes les personnes, c’est bien au pluriel qu’il exprime le mieux la tradition des veillées où tout le monde se retrouvait pour décortiquer les noix lors de la bien nommé Mondée…

La mondée, une tradition qui perdure

Dans le Dauphiné, en sud Grésivaudan plus précisément, la Mondée était un moment convivial où le soir, amis et voisins se retrouvaient  autour de grandes tables pour trier les cerneaux de noix.

Le travail consistait à casser les noix à l’aide d’un petit maillet en bois. Ceux qui les cassaient, devaient le faire sur une tuile posée sur le genou. Une fois cassées, elles étaient mises sur de grandes tables où les trieurs et trieuses devaient extraire le cerneau en s’appliquant à ne pas le casser.
A la vente, un cerneau qui n’est pas entier perd de sa valeur.

Aujourd’hui, si la tuile n’est plus d’actualité le maillet lui, reste l’outil indispensable. Echanges, rires, histoires et bons petits plats, que chacun prépare et partage, sont toujours au rendez-vous.