Idées du moment

Musée et culture

Ce week-end, cap sur la vallée de la Romanche. Torrent de montagne tumultueux, la Romanche est aussi une vallée à l'ambiance particulière captée par la photographe Sandrine Expilly. L'artiste, enfant du pays, rend un hommage aux paysages et aux habitants d'ici à travers une trentaine de portraits monumentaux que l'on découvre, chemin faisant.  

Emprunter la départementale D 1091 est une expérience singulière en soi.

Vallée encaissée sur fond de hautes montagnes aux parois abruptes, la route longe l'impétueux torrent de la Romanche et les vestiges d'un passé industriel lié à l'hydroélectricité, aujourd'hui à l'abandon.
Matthieu Kassovitz avait choisi l'impressionnant pavillon Keller surplombant la Romanche pour tourner son thriller "Les rivières pourpres". Ambiance.
La vie humaine semble avoir déserté l'étroite vallée qui mène aux stations de ski de l'Oisans, fourmillantes de vie et d'animation.


Un hommage aux paysages et à ceux qui les habitent

Des femmes et des hommes vivent pourtant ici.
Sandrine Expilly est partie à leur rencontre pour tenter de comprendre cette alchimie entre ce paysage a la beauté hostile et ceux qui y habitent.
Qui sont-ils ? Pourquoi ont-ils choisi de vivre ici ?
Fruits de ce questionnement, une trentaine de portraits d’enfants, d’adolescents, de femmes, d’hommes, d’anciens, sont déployés et égrainés sur les fenêtres et les murs des habitants et des bâtiments municipaux.
A découvrir sur une vingtaine de kilomètres de la D 1091, entre les villes de Séchilienne, Saint-Barthélémy, Livet-et-Gavet, jusqu’à Rochetaillée.

Une vidéo installée au musée de la Romanche complète l'exposition.


Ce travail a été réalisé dans le cadre de la manifestation Paysage>Paysages.
→ Toute la programmation sur : WWW.PAYSAGE-PAYSAGES.FR

Jusqu'au 20 mars 2018.

Plus d'information sur le projet VAL :
https://www.valromanche.tumblr.com